Publié par Laisser un commentaire

Pôle Nord ou Pôle Sud ?

La saison hivernale est souvent propice à la réalisation d’activités thématiques sur les animaux du froid. On a tendance à se concentrer sur les animaux de la banquise alors que l’Antarctique possède quelques espèces qui y ont élu domicile malgré les conditions climatiques extrêmes.

Aujourd’hui, je vous propose donc un petit jeu de tri pour distinguer les espèces animales du Pôle Nord et celles du Pôle Sud.

Avant toute chose, commençons par un petit cours de vocabulaire parce que c’est toujours mieux de savoir de quoi on parle 🙂

  • le Pôle Nord c’est le point le plus au Nord de la planète.
  • Le pôle Sud, c’est le point le plus au Sud de la planète.
  • l’Antarctique est un continent recouvert de glace situé à l’extrême sud de la planète. Le Pôle Sud est situé sur l’Antarctique.
  • La banquise c’est une étendue de glace qui se forme sur l’eau. Il ne faut pas la confondre avec l’inlandsis qui est une étendue de glace qui se forme sur un continent.
  • L’océan Arctique est situé à l’extrême nord de la planète
  • L’océan Antarctique est situé à l’extrême sud de la planète. Il entoure le continent du même nom.
  • Le cercle polaire arctique est l’un des cinq principaux parallèles (ligne géographiques imaginaire) représentés sur le planisphère. C’est celui qui est le plus au nord. Il est situé à 66° nord du Pôle Nord
  • Le cercle polaire antarctique est l’un des cinq principaux parallèles représentés sur le planisphère. C’est celui qui est le plus au sud. Il est situé à 66° sud du Pôle Sud (les trois autres principaux parallèles sont le tropique du cancer, le tropique du capricorne et l’Equateur).

Voilà, maintenant que nous sommes tous d’accord sur le vocabulaire, c’est parti pour l’activité du mercredi ! Aujourd’hui, nous allons donc trier les animaux selon le lieu où ils résident la plupart de l’année.

Pour cela, je vous invite à vous munir de figurines réalistes telles que Schleich, Papo, Collecta ou encore Safari Ltd. Si vous n’en possédez pas, pas de panique, je vous propose une alternative en fin d’article 🙂

Téléchargez et imprimez gratuitement les deux cartes de nomenclature sur les cercles polaires arctique et antarctique

Et c’est parti pour le tri des animaux !

Mais quels sont les animaux que l’on trouve aux deux pôles ?

Au Pôle Sud, la faune est moins importante que sur le reste de la planète compte tenu des températures et de la météo très extrêmes. Néanmoins vous pouvez y trouver :

  • la baleine bleue qui vient se nourrir de krill. Ces minuscules crevettes sont très nombreuses grâce à la prolifération de phyloplancton dont elles se nourrissent. Saviez-vous qu’à certains endroits de l’océan il y a tellement de krill que l’eau se pare d’une jolie couleur rose ? C’est tout simplement fascinant !
  • les manchots : manchot empereur, le plus grand de tous les manchots, le manchot royal, le manchot Adélie, le manchot papou… A ce titre, je vous conseille vivement de visionner l’exceptionnel film « la marche de l’empereur » pour tout savoir sur ce manchot. C’est un film documentaire très bien réalisé.
  • les manchots sont le mets favori des phoques : phoque de Ross, phoque de Weddell, phoque crabier … on trouve également en antarctique des léopards de mer.
  • et comme la nature est bien faite, la chaîne alimentaire se poursuit et l’orque est souvent dans les parages quand il y a des phoques. L’orque est un mammifère marin considéré comme l’un des plus grands prédateurs.
  • en Antarctique on trouve également de nombreuses espèces d’oiseaux : des labbes, des petrels, des gorfous reconnaissables avec leur huppe de plumes jaunes ou oranges sur la tête, des albatros ou encore des cormorans.

Tout ce petit monde investit surtout les côtes. Le centre du continent est bien trop hostile.

Gardons notre anorak, nos moufles et notre bonnet à pompon pour nous rendre dans le cercle polaire Arctique. Il y fait moins froid qu’à l’extrême sud de la planète, mais la glace est quand même omniprésente (même si elle a tendance à s’amenuiser du fait du réchauffement climatique, mais ceci est une autre histoire). La faune est bien plus diversifiée

  • vous pouvez tomber nez à nez avec un ours polaire (je ne vous le conseille pas ^^) et sa silhouette blanche connue de tous.
  • phoques, morses, loups arctiques, renards polaires, hermine, lièvre arctique se plaisent également dans ces milieux bien froids.
  • les rennes (ou caribous chez nos amis canadiens) et les élans (ou orignal toujours au Canada) sont des cervidés qui s’accomodent parfaitement des grandes étendues enneigées.
  • et puis il y a les oiseaux migrateurs qui s’en vont à la fin de l’été quand la neige commence à tomber : oies bernaches, grues, eiders, bécasseaux.
  • et dans l’océan ? les narvals et bélugas profitent des polynies (des chemins d’eau creusés dans la glace) pour traverser le Pôle Nord.

Et si vous ne possédez pas les figurines adéquates ? pas de panique, sur la boutique vous trouverez un document composé de 41 cartes de nomenclature représentant les animaux du froid 🙂 il est justement parfait pour ce genre d’activité et développer le vocabulaire de vos petits bouts de chou 🙂

Cartes de nomenclature : les animaux du froid

Vous souhaitez aller plus loin ? voici quelques autres documents que vous pouvez trouver sur la boutique en ligne

cartes de nomenclature : la morphologie de l’ours polaire

cartes de nomenclature : la morphologie du manchot empereur

cartes à pinces de dénombrement : les animaux du froid

livret d’activités maternelle : les animaux du froid

et pour plus d’idées d’activités sur les animaux du froid, je vous oriente vers l’article très bien écrit de Maaademoiselle A Shop

Maaademoiselle A. Shop - 10 idées sur le thème des animaux polaires (activités, jeux, livres)

Publié par Laisser un commentaire

Grammaire : apprendre la nature des mots grâce à la pédagogie Montessori

Connaître la nature des mots permettant l’analyse des phrases est une étape dans l’instruction d’un enfant, une étape parfois douloureuse. De nombreuses personnes assurent n’en avoir retiré aucun plaisir, que cela a été très compliqué et que même aujourd’hui, elles ne savent parfois pas faire la différence entre un adjectif ou un adverbe.

Pourtant, en utilisant la méthode proposée par le Docteur Montessori, vous verrez que non seulement la grammaire n’est pas si complexe que ce que vous avez pu penser, mais surtout que cela puisse être appris de manière ludique tout en manipulant le matériel.

En effet, comme pour tous les apprentissages, dans la pédagogie Montessori, l’approche de la grammaire se fait de manière sensorielle en manipulant afin de comprendre la construction de la phrase. Pour cela, Maria Montessori a créé un matériel appelé « les symboles grammaticaux ».

Ce matériel se compose tout d’abord de 9 solides en 3 dimensions qui permettent de visualiser les 9 principales natures de mots, puis d’une boite comportant 9 casiers dans lesquels se trouvent les symboles « à plat »

Quels sont ces 9 symboles ?

Les deux premiers symboles présentés à l’enfant sont :

  • Le nom, représenté sous la forme d’une pyramide noire car c’est le pilier de la phrase.
  • Le verbe, représenté sous la forme d’une sphère rouge car c’est le verbe qui apporte le mouvement dans la phrase (comme la sphère qui roule)

S’en suivent :

  • l’adjectif représenté par une pyramide bleu-foncé plus petite que celle du nom
  • le déterminant représenté par une pyramide bleu-clair plus petite que celle de l’adjectif
  • Le pronom représenté par une pyramide violette à trois côtés

Nom, adjectif et déterminant forment « la famille du nom » c’est pour cette raison qu’ils ont la même forme : une pyramide. La taille et la couleur correspondent à leur importance dans la phrase. La famille du nom peut être remplacée par un pronom, c’est pour cette raison que le pronom est une pyramide à base triangulaire pour représenter les 3 mots qu’il remplace.

  • l’adverbe représenté par une sphère orange, plus petite que celle du nom.

La sphère représente le mouvement et l’adverbe apporte des précisions sur le verbe ou le modifie. (par la suite, on expliquera à l’enfant que l’adverbe peut aussi intervenir sur l’adjectif ou sur un autre adverbe).

  • la préposition représentée par un « pont » vert, ou plutôt une lune parce que la préposition relie un élément de la phrase à un autre (je suis allée chez le coiffeur. CHEZ est la préposition qui permet de savoir où je suis allée)
  • la conjonction représentée par un rectangle rose, parce que comme un tiret, la conjonction relie deux phrases entre elles.
  • l’interjection représentée par une pyramide dont le sommet est planté dans une sphère, le tout doré. Il ressemble à un point d’exclamation car l’interjection est souvent accompagnée de ce signe de ponctuation.
Solide des symboles grammaticaux : Montessori-Store
boite des symboles grammaticaux : Montessori Store

Comment aborder la nature des mots selon la pédagogie Montessori ?

Afin que l’enfant sache identifier la nature des mots, il est nécessaire de comprendre le rôle de chaque mot dans la phrase. Ainsi, en suivant la progression proposée par Maria Montessori, nous allons commencer par présenter à l’enfant les deux mots principaux : le nom et le verbe. Tous les deux sont indispensables dans la phrase et donnent des indications pour le sens de celle-ci. Le nom permet de savoir de qui l’on parle, le verbe permet de savoir ce que fait le nom.

L’adulte propose alors à l’enfant des mots, verbes ou noms et l’enfant place dessous le symbole correspondant.

On augmente la difficulté en ajoutant ensuite et dans cet ordre : le déterminant, l’adjectif et l’adverbe. Les suivants arriveront plus tard. En expliquant à chaque fois le rôle de chaque symbole, l’enfant arrive alors à les retrouver dans les phrases et petit à petit, il codera à l’aide des symboles des phrases de plus en plus longues.

Identifier la nature des mots

Quelques idées de jeu autour de la nature des mots :

Tout d’abord et grâce à la leçon en trois temps, vous pouvez proposer à votre enfant d’apprendre les différentes natures de mots à l’aide des cartes de nomenclature. On commence toujours par le nom et le verbe, puis on introduit dans cet ordre le déterminant, l’adjectif et l’adverbe. Les autres seront vus ultérieurement.

Ensuite, vous pouvez mettre à disposition de votre enfant les cartes à pinces : il pourra alors associer le mot en gras à sa nature. Les cartes à pinces sont un matériel très prisé des enfants : c’est ludique, ça permet d’exercer sa motricité et il apprend mieux quand son corps est en mouvement et enfin cela sort du cadre strict de l’apprentissage de la grammaire. L’encodage arrivant donc plus tard.

Cartes à pinces : la nature des mots

Puis votre enfant pourra également coder des phrases à l’aide des symboles grammaticaux. Dans le document ci-dessous, les symboles grammaticaux sont inclus, cela nécessitera un travail de découpage en amont, mais ensuite votre enfant pourra les manipuler à sa guise. Rappelons que dans ce document et dans tous les autres autour de la grammaire, la difficulté se veut croissante en ne présentant à l’enfant qu’une difficulté à la fois. On passe au symbole suivant dès lors que les précédents sont bien compris.

Enfin, un dernier jeu où votre enfant pourra associer des phrases avec des codes réalisés à l’aide des symboles grammaticaux.

Associer les phrases aux symboles grammaticaux

Documents à retrouver sur Les Trésors de l’Apprentissage

Publié par Laisser un commentaire

Observer les feuilles.

De prime abord, rien ne ressemble plus à une feuille qu’une autre feuille. En partant de ce principe, les balades en pleine nature ne revêtent pas un très grand intérêt. Pourtant, en se penchant davantage sur l’observation du monde qui nous entoure, nous nous apercevons très rapidement que la nature est unique, colorée et de toutes les formes possibles.

A l’aide du document « la forme des feuilles » disponible via ce lien, observer les feuilles devient alors un jeu d’enfant.

Vous pouvez étaler devant vous le butin de votre collecte de feuilles réalisée auparavant, ou bien emmener vos cartes lors de vos sorties nature. Choisissez la feuille qui vous inspire le plus et posez-vous la question : s’agit-il d’une feuille simple ou composée ? Si elle est attachée directement à la branche, c’est une feuille simple, si au contraire, plusieurs folioles sont rassemblés sur un radicule (petite tige), lui même attaché à la tige, alors c’est une feuille composée.

Vous pouvez également vous focaliser sur la forme du limbe, la partie verte et plate de la feuille, ainsi que la forme de la marge, le tour de la feuille. A partir de ces observations, vous serez alors en mesure d’identifier quelques caractéristiques de la feuille que vous avez en face de vous.

L’observation active et l’assimilation d’un vocabulaire précis participent toutes deux à la connaissance et à la reconnaissance du monde qui nous entoure. Ce sont deux éléments nécessaires pour éduquer l’enfant au développement durable, à la beauté et à la diversité de notre nature et à l’importance de prendre soin de notre planète !