Publié par Laisser un commentaire

Phonologie : préparer l’oreille à l’écoute des sons.

Au cours de son évolution et à des périodes plus ou moins définies, l’enfant découvre de manière spontanée et très intensément un élément de son environnement. Dans sa pédagogie, Marie Montessori appelle cela « les périodes sensibles » et cela participe à la construction de l’enfant. Le langage en fait partie et afin de faciliter les apprentissages de l’enfant il est important de pouvoir repérer ces périodes sensibles.

On peut dire que la période sensible du langage comporte trois étapes :

le langage oral qui court depuis la vie in-utéro jusqu’aux premiers mots qui ravissent tous les parents

l’acquisition du langage écrit et lu c’est-à-dire l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. L’enfant s’intéresse naturellement aux symboles mais aussi aux activités de motricité fine permettant de muscler sa main en vue de l’acquisition de l’écriture.

l’intérêt pour la grammaire et l’orthographe, c’est-à-dire la structure de la phrase, la nature et la fonction des mots, la conjugaison …

La série d’articles qui seront publiés prochainement s’intéresse à cette deuxième étape : l’acquisition du langage lu et écrit. Afin que les apprentissages s’ancrent de manière plus durable, il est intéressant de les aborder sous l’angle ludique à travers des jeux pour préparer l’oreille à l’écoute des sons, pour développer la conscience phonologique, pour reconnaître les lettres et pour identifier les syllabes.

Aujourd’hui, abordons la préparation de l’oreille à l’écoute des sons, étape indispensable dans l’apprentissage de la lecture. En effet, il est nécessaire que l’enfant soit capable d’identifier et d’associer les sons émis par les lettres. Comme le musicien, l’enfant doit s’entraîner afin que son écoute devienne intuitive et naturelle.

Avant d’aborder la question du son des lettres, voici quelques idées de petits jeux que vous pouvez proposer à votre enfant afin de le rendre plus réceptif à l’écoute.

– distinguer le bruit du silence en s’installant dans un endroit calme et verbaliser les moments de silence et de bruit

écouter différents bruits. Les objets qui nous entourent ne font pas le même son. Pour que votre enfant puisse distinguer cette différence de bruit, munissez-vous d’objets du quotidien, et invitez votre enfant à les écouter : le son du doigt tapé sur le fond de la casserole, le son de deux objets en bois qui s’entrechoquent, le son des lentilles dans le bocal, le son de vos mains qui applaudissent, … En isolant les sons, l’enfant apprend à se concentrer et il développe son acuité auditive (c’est-à-dire sa faculté à percevoir les sons)

jouer à faire le moins de bruit possible. Asseyez l’enfant sur une chaise, yeux bandés et placez sous la chaise un objet bruyant et sensible (c’est-à-dire qu’il risque de teinter quand il est déplacé). Demandez à votre enfant de le prévenir lorsqu’il entend l’objet, que vous aurez pris soin de faire sonner au préalable pour qu’il soit identifiable ou qu’il vous entend approcher de la chaise. Lorsque l’enfant est suffisamment concentré, tentez de récupérer l’objet en faisant le moins de bruit possible. Si l’enfant vous entend ou entend l’objet, il devra alors pointer du doigt dans la direction du bruit entendu. N’hésitez pas à changer les rôles et à vous bander les yeux à votre tour.

– en forêt, en campagne ou dans tout lieu naturel au calme, installez-vous et tentez d’identifier les bruits que vous entendez : le vent dans le feuillage des arbres, l’oiseau qui chante, le tracteur qui passe au loin, la vache qui meugle ou le chien qui aboie… Vous pouvez également préparer cette activité en amont en créant un bingo des sons que vous affinerez au fur et à mesure que votre enfant grandira : sur une feuille de papier, tracer 4 cases pour commencer et dessinez (ou imprimez, ou utilisez des gommettes) dans chacune d’entre elles, un animal ou un élément dont il faudra identifier le son lors de votre prochaine balade. A chaque fois que l’enfant aura entendu le bruit correspondant à une illustration du bingo, il pourra cocher la case.

utiliser son corps comme instrument de musique. Demandez à votre enfant de faire du bruit uniquement en utilisant son corps : les joues, les mains, le ventre, les cuisses, les pieds … au delà de l’expérience sensorielle cela permet également à votre enfant de s’approprier son schéma corporel.

reconnaître les sons des instruments de musique. Placez devant votre enfant 3 instruments de musique aux sons différents. Après avoir laissé l’enfant les manipuler librement quelques minutes, bandez-lui les yeux et faites sonner l’un des instruments. Demandez-lui ensuite de montrer (ou nommer s’il en est capable) l’instrument que vous venez d’utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *